Members of Parliament call to Hold Trudeau Government to Account

English and French versions of the letter follow.

Please the letter to your own local elected federal member of parliament and to others MPs and Senators.  Ask them to sign onto the letter, and when you get indication of their agreement to add their signature email the campaign coordinator at brad.parker@dcips.org

For more information on No Way to Treat a Child and Just Peace Advocates' support click HERE.

Those that have signed today include:

First Name Last Name Constituency Province / Territory Political Affiliation
Elizabeth May Saanich—Gulf Islands British Columbia Green Party
Linda Duncan Edmonton Strathcona Alberta NDP
Hélène Laverdière Laurier—Sainte-Marie Quebec NDP
Niki Ashton Churchill—Keewatinook Aski Manitoba NDP
Alexandre Boulerice Rosemont—La Petite-Patrie Quebec NDP
Don Davies Vancouver Kingsway British Columbia NDP
Alistair MacGregor Cowichan—Malahat—Langford British Columbia NDP
Sheri Benson Saskatoon West Saskatchewan NDP
Peter Julian New Westminster—Burnaby British Columbia NDP
Irene Mathyssen London—Fanshawe Ontario NDP
Cheryl Hardcastle Windsor—Tecumseh Ontario NDP
Chandra Arya Nepean Ontario Liberal
Mario Beaulieu La Pointe-de-l'Île Quebec Bloc Québécois
Ruth Ellen Brosseau Berthier—Maskinongé Quebec NDP
Guy Caron Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques Quebec NDP
Bill Casey Cumberland—Colchester Nova Scotia Liberal
Shaun Chen Scarborough North Ontario Liberal
Gord Johns Courtenay—Alberni British Columbia NDP
Ken McDonald Avalon Newfoundland and Labrador Liberal
Robert-Falcon Ouellette Winnipeg Centre Manitoba Liberal
Wayne Stetski Kootenay—Columbia British Columbia NDP
Marwan Tabbara Kitchener South—Hespeler Ontario Liberal
Geng Tan Don Valley North Ontario Liberal

 

June 19, 2018

 

The Right Honourable Justin Trudeau, P.C., M.P.
Prime Minister of Canada
Ottawa, ON K1A 0A2

The Honourable Chrystia Freeland, P.C., M.P.
Minister of Foreign Affairs
Ottawa, ON K1A 0A6

 

Dear Prime Minister Trudeau and Minister Freeland,

We write with deep concern about the continued deterioration of the human rights and humanitarian situation of Palestinians. We believe more is needed from the Government of Canada.

While Canada will keep working to encourage all parties to take necessary diplomatic efforts to achieve a just and lasting peace for Palestinians and Israelis, neither Prime Minister Netanyahu, President Abbas, nor their respective governments currently appear interested to advance a political vision grounded in respect for international law or universal human rights principles such as justice and respect for human dignity.

We reaffirm the Government of Canada is obligated to ensure both Israeli and Palestinian actors respect international humanitarian law and international human rights law norms, and accordingly we condemn all direct or indiscriminate attacks against civilians.

However, one reality must not be ignored: nearly 46 percent of the 4.9 million Palestinians living in the West Bank, including East Jerusalem, and the Gaza Strip are children under the age of 18. This generation of Palestinian children have lived subject to constant Israeli military scrutiny and intervention. With leaders that lack a political vision to pave the way for a future with justice and equality, they see only a future with limited prospects where their hopes and dreams are stifled.

Palestinian children in the West Bank, like adults, face arrest, prosecution, and imprisonment under an Israeli military detention system that denies them basic rights.

Military law has applied to Palestinians in the West Bank since 1967. Israeli settlers, however, who reside within the bounds of the West Bank, in violation of international law, are subject to the Israeli civilian legal framework. Accordingly, Israel operates two separate and unequal legal systems in the same territory.

Israel has the dubious distinction of being the only country in the world that automatically and systematically prosecutes children in military courts that lack fundamental fair trial rights and protections. Israel prosecutes an estimated 500 to 700 Palestinian children in military courts each year.

Child detainees typically arrive to interrogation bound, blindfolded, frightened, and sleep deprived; and often give confessions after verbal abuse, threats, physical and psychological violence. Israeli military law provides no right to legal counsel during interrogation.

Three out of four Palestinian children experience some form of physical violence following arrest, according to evidence collected by Defense for Children International - Palestine.

Ill-treatment of Palestinian children arrested by Israeli forces in the West Bank has been widely documented. In 2013, UNICEF released a report titled Children in Israeli military detention: Observations and recommendations. The report concluded that “ill-treatment of children who come in contact with the military detention system appears to be widespread, systematic and institutionalized throughout the process, from the moment of arrest until the child’s prosecution and eventual conviction and sentencing.”

International juvenile justice standards, which Israel has obliged itself to implement by ratifying the UN Convention on the Rights of the Child (CRC) in 1991, demand that children should only be deprived of their liberty as a measure of last resort, must not be unlawfully or arbitrarily detained, and must not be subjected to torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment.

Canada’s foreign policy indicates a priority commitment to protection of the rights of children around the world, particularly children living in conflict-affected areas. Palestinian children have the right to a safe and just future.

As a minimum safeguard while Palestinian children continue to be detained and prosecuted within the Israeli military court system, Israeli authorities must respect and ensure basic due process rights and the absolute prohibition against torture and ill-treatment, and from the moment of arrest, operations and procedures must be carried out in accordance with international juvenile justice standards, specifically the UN Convention on the Rights of the Child.

We call on the Government of Canada to work with international partners to : (1) appoint a Special Envoy to promote, monitor and report on human rights situation of Palestinian children living in the Palestinian Territory, specifically undertaking an evaluative analysis of Israeli military law and practice as they affect Palestinian children in the West Bank by reference to the standards of international law and international children’s rights; (2) to take concrete steps to promote greater respect for human rights and increase protections for Palestinian children; and (3) hold Israeli military authorities accountable to their obligations under international human rights law and international humanitarian law.

We will keep working to encourage all parties to take necessary diplomatic efforts to achieve a just and lasting peace for Palestinians and Israelis, but we also understand that in parallel it is necessary and our obligation to demand human rights, justice and equality for Palestinian children. Failure to do so simply perpetuates 50 years of injustice that has no end in sight. We need your bold leadership to help build a just and secure future for all children.

Sincerely,

 

 

French Version

Le 19 juin 2018

 

Le très honorable Justin Trudeau, C.P., député
Premier ministre du Canada
Ottawa (Ontario)  K1A 0A2

L’honorable Chrystia Freeland, C.P., députée
Ministre des Affaires étrangères
Ottawa (Ontario)  K1A 0A6

 

Monsieur le Premier ministre et Madame la Ministre,

C’est avec une profonde inquiétude que nous vous écrivons au sujet de la détérioration continue de la situation des droits de la personne et de la situation humanitaire des Palestiniens. Nous estimons que le gouvernement du Canada doit en faire davantage.

Même si le Canada poursuivra son travail afin d’encourager toutes les parties à déployer les efforts diplomatiques nécessaires pour parvenir à une paix juste et durable pour les Palestiniens et les Israéliens, ni le premier ministre Netanyahu, ni le président Abbas et ni leurs gouvernements respectifs semblent actuellement intéressés à promouvoir une vision politique fondée sur le respect du droit international ou les principes universels des droits de la personne, comme la justice et le respect de la dignité humaine.

Nous réaffirmons que le gouvernement du Canada a l’obligation de s’assurer que tant les acteurs israéliens que palestiniens respectent le droit humanitaire international et les normes du droit international des droits de la personne, et, en conséquence, nous condamnons toutes les attaques menées directement et de manière indifférenciée contre les civils.

Une réalité, toutefois, ne doit pas être ignorée : près de 46 % des 4,9 millions de Palestiniens vivant en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza, sont des enfants âgés de moins de 18 ans. Cette génération d’enfants palestiniens a vécu soumise aux interventions et aux contrôles constants de l’armée israélienne. Avec des dirigeants manquant d’une vision politique pour préparer la voie à un avenir juste et équitable, ils n’entrevoient l’avenir qu’avec des perspectives limitées où leurs espoirs et leurs rêves sont réprimés.

En Cisjordanie, tout comme les adultes, les enfants palestiniens risquent l’arrestation, des poursuites et l’emprisonnement dans le cadre d’un système de détention militaire israélien qui leur refuse des droits élémentaires.

En Cisjordanie, le droit militaire s’applique aux Palestiniens depuis 1967. Toutefois, les colons israéliens résidant dans les limites de la Cisjordanie qui contreviennent au droit international sont assujettis au cadre juridique civil israélien. En Israël, deux systèmes juridiques distincts et inéquitables coexistent donc au sein du même territoire.

Israël se distingue de façon douteuse en étant le seul pays du monde qui traduit automatiquement et systématiquement en justice des enfants devant des tribunaux miliaires qui n’offrent pas les protections et les droits fondamentaux à un procès équitable. Chaque année, on estime qu’Israël traduit en justice de 500 à 700 enfants palestiniens devant des tribunaux militaires.

Les enfants détenus arrivent habituellement en interrogatoire les yeux bandés, effrayés et en manque de sommeil; ils se confessent souvent après avoir été victimes de violence verbale, de menaces et de violences physiques et psychologiques. Le droit militaire israélien n’autorise pas la présence d’un avocat durant l’interrogatoire.

Selon des preuves recueillies par l’organisation Défense des Enfants International – Palestine, les trois quarts des enfants palestiniens subissent une forme de violence physique après leur arrestation.

Les mauvais traitements à l’encontre des enfants palestiniens arrêtés par les forces israéliennes en Cisjordanie ont été largement documentés. En 2013, l’UNICEF a publié un rapport intitulé « Children in Israeli military detention: Observations and recommendations » (Enfants détenus par l’armée israélienne : observations et recommandations). Selon les conclusions de ce rapport, les mauvais traitements à l’encontre des enfants qui se retrouvent dans le système carcéral militaire israélien semblent généralisés, systématiques et institutionnalisés tout au long du processus, depuis le moment de leur arrestation jusqu’à leur poursuite, leur éventuelle condamnation et le prononcé de leur peine.

Les normes internationales en matière de justice des mineurs, qu’Israël a été contraint de mettre en œuvre en ratifiant la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies en 1991, stipulent qu’il ne faudrait recourir à la privation de liberté des enfants qu’en dernier ressort, que les enfants ne doivent pas être détenus illégalement ou arbitrairement et qu’ils ne doivent pas être soumis à la torture ou à d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

La politique étrangère du Canada accorde clairement une priorité à la protection des droits des enfants dans le monde, particulièrement les enfants vivant dans des zones touchées par des conflits. Les enfants palestiniens ont droit à un avenir sûr et juste.

Comme mesure de protection minimale, alors que des enfants palestiniens continuent d’être placés en détention et traduits en justice devant les tribunaux militaires israéliens, les autorités israéliennes doivent assurer et faire respecter les droits fondamentaux de la défense et l’interdiction absolue de la torture et des mauvais traitements, et dès le moment de leur arrestation, des opérations et des procédures doivent être effectuées conformément aux normes internationales en matière de justice des mineurs, plus précisément à la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies.

Nous demandons au gouvernement du Canada de collaborer avec des partenaires internationaux pour : 1) nommer un envoyé spécial chargé de promouvoir les droits de la personne et de surveiller la situation des droits de la personne des enfants palestiniens vivant dans les territoires palestiniens et d’en faire rapport, notamment en entreprenant une analyse évaluative du droit et de la pratique de l’armée israélienne, qui ont des répercussions sur les enfants palestiniens vivant en Cisjordanie, en se référant aux normes du droit international et aux droits internationaux des enfants; 2) prendre des mesures concrètes pour favoriser un plus grand respect des droits de la personne et mieux protéger les enfants palestiniens; 3) tenir les autorités militaires israéliennes responsables des obligations qui leur incombent en vertu du droit international en matière de droits de la personne et du droit humanitaire international.

Nous allons continuer notre travail pour encourager toutes les parties à déployer les efforts diplomatiques nécessaires pour parvenir à une paix équitable et durable pour les Palestiniens et les Israéliens, mais nous comprenons également que, parallèlement, il est nécessaire et il est de notre obligation d’exiger le respect des droits de la personne, la justice et l’égalité pour les enfants palestiniens. Ne pas agir de la sorte ne fera que perpétuer 50 ans d’injustice dont on ne voit pas la fin. Nous avons besoin de votre leadership courageux pour aider à bâtir un avenir juste et sûr pour tous les enfants.

Veuillez accepter nos salutations distinguées.


Showing 1 reaction

Please check your e-mail for a link to activate your account.